Archives pour la catégorie Urbanisme

S’en aller vivre dans le ciel

Courtesy Safdie Architects

 » Dans des villes denses comme Chongqing en Chine, il n’y a pas de place pour de grands parcs publics, nous devons donc élever des gratte-ciel horizontaux « , a déclaré l’architecte Safdie au Guardian. Nous connaissions déjà  » le restaurant dans le ciel « , maintenant il s’agit de se détendre, de se baigner et même de vivre dans le ciel, pour ceux qui peuvent se le permettre et s’y retrouver entre eux. Curbed consacre un reportage impressionnant à cet exode de la terre, à cette fuite vers le ciel.

S’en aller vivre dans le ciel est vu par l’auteur comme une sorte d’abdication de notre responsabilité face à un paysage urbain, qui peut aller jusqu’à rendre malade, qui s’est blindé jusqu’aux dents, ou qui désire simplement produire de l’argent rapidement. Le filtre que constitue la difficulté d’accès aux espaces aériens est-il précisément ce que leurs propriétaires cherchent ? (Oui). Que se passe-t-il au sol, quand ses occupants les plus riches le quittent ? (traduction libre).

Il conclut: C’est ma peur pour l’avenir de l’occupation du sol en général: la Terre devient un immobilier de second rang. Toute personne en ayant les moyens monte, restent ceux dont les yeux ne sont pas habitués à regarder vers le haut. N’abandonnons pas nos villes pour un confort individuel dans les nuages.

AFP/Getty Images

 

Publicités

A’dam veut rendre la ville à ses habitants

__________________________________

La nouvelle majorité qui gouverne la ville n’y va pas par quatre chemins: elle veut rendre la ville aux habitants et remettre la voiture et les touristes à leur place.

Fini l’ouverture de nouveaux commerces de souvenirs, de snacks et de tout autre commerce destinés prioritairement aux touristes. La ville veut des commerces de proximité pour les habitants et des commerces spécialisés.

Les voitures occupent trop de place dans la ville. La majorité municipale veut plus de place pour les habitants et plus de verdure. Il sera interdit de construire de nouveaux parkings. Pour les visiteurs le prix max. du parking passe de 5 à 7,50 € l’heure. Les grands axes sont coupés pour éviter le transit par le centre. De nouvelles connections métros et bus vont être créées. Inutile de dire que – là comme ailleurs – les réactions sont partagées. Bruzz en Gazet van Antwerpen en disent plus.

Le métro-cargo pour limiter te trafic

_______________________________________________

Transporter des marchandises d’un bout à l’autre de Bruxelles la nuit en métro. C’est ce que suggère François de Lantsheere, un lecteur assidu du blog.  » Les stations sont souvent sous-exploitées ou disposent de réserves de place. Elles pourraient servir de points d’enlèvement, une plus grande utilisation, une meilleure surveillance sociale aussi … Une activité supplémentaire au bénéfice des Bruxellois, une activité « transport » de marchandises « urbaines » intéressante pour la STIB pour boucler son budget, un soulagement en terme de circulations et de bouchons, et un bienfait pour la qualité de l’air. Sans compter une meilleure qualité de vie plus « sédentaire » aux organisateurs et ouvriers de la profession … ».

La DH pointe ICI l’accroissement du trafic marchandise à Bruxelles:   » Avec l’explosion du e-commerce, de plus en plus de transports sont nécessaires et la logistique prend une place de plus en plus importante dans la mobilité et l’économie bruxelloise, indiquent nos confrères de Sudpresse. Ainsi, l’étude estime que cette activité représente pas moins de 800.000 mouvements par semaine dans la capitale. Cela représente pas moins de 14% du trafic entrant à Bruxelles chaque jour, selon l’Echo « . 

Des projets utilisant le matériel et les voies existantes et d’autres circulant sur des voies dédiées ICI sont à l’étude à Paris, en Allemagne, à Bangkok et en Suisse – dont vous voyez ICI un prototype automatique.

 

 

 

e métro, les stations souvent sous exploitées, ou ayant des réserves de place, pourraient servir de points d’enlèvement, une plus grande utilisation, une meilleure surveillance sociale aussi …

 

Une activité supplémentaire au bénéfice des bruxellois, une activité « transport » de marchandises « urbaines » intéressantes pour la STIB qui peine  à boucler son budget, un soulagement en terme de circulations et de bouchons, et un bien fait pour la qualité de l’air. Sans compter une meilleure qualité de vie plus « sédentaire » aux organisateurs et ouvriers de la profession …

 

http://www.cooperation.ch/_Metro+cargo_+les+transports+de+demain

 

 

http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/bruxelles-l-e-commerce-etouffe-les-bruxellois-5afbdef2cd7028f07a027dd2

Où construire des logements sociaux ?

_____________________________________

Faute d’arriver à agir sur le niveau des salaires les plus bas et de proposer des revenus de remplacement décents, il faut construire des logements sociaux abordables pour ces milliers de personnes dont les revenus ne permettent pas de se loger sur le marché immobilier privé. Sans cela, ils viendront accroître le nombre de personnes et familles sans domicile fixe.

L’intervention radicale d’Els Ampe  (Open VLD) contre la construction de nouveaux logements sociaux à Bruxelles en a indigné plus d’un. Mais n’a-t-elle pas raison de dire que ce n’est pas au centre-ville (ni à Molenbeek) qu’il faut les construire, si l’on veut des quartiers mixtes et des populations scolaires mixtes ? Cela suppose donc de construire et d’entretenir du logement social de qualité (voyez Floréal et Le logis à Boitsfort) dans des communes où il n’y a pas de logement social ou si peu.

Vous lirez ICI les déclarations catégoriques d’un nouveau candidat MR à Woluwé Saint-Pierre, qui s’oppose à la construction de logements sociaux dans sa commune et préfère maintenir un confortable « entre-soi ». Il n’est pas le seul.

La Région va-t-elle devoir imposer un pourcentage de logements sociaux de taille moyenne répartis dans chacune des communes, pour éviter la formation de ghettos – de riches ou de pauvres – qui alimenteront des viviers pour un certain clientélisme politique ?

Mesurer la valeur des espaces verts

Au prix où est le m2 à Manhattan, vous pouvez aisément imaginer à combien se chiffrerait le lotissement de Central Park. Mais c’est sans compter avec la valeur  intrinsèque de cet espace vert primordial à New York. Des experts de la Wageningen University & Research ont tenté de chiffrer la valeur des espaces verts par la méthode TEEB-stad pour pouvoir comparer le rapport coûts-bénéfices d’éventuelles constructions.

Vous pourrez aussi lire une traduction libre de leur   recherche, basée sur 3 études de cas à Amsterdam.

 

Voilà leurs conclusions: Dans une ville densément peuplée et fortement visitée comme Amsterdam, les espaces verts deviennent fortement valorisés. Pour l’habitabilité d’Amsterdam, le vert n’est plus seulement agréable mais bien indispensable. La municipalité d’Amsterdam est donc sage d’inclure explicitement la valeur du vert dans l’évaluation du nombre et du lieu de construction de tous nouveaux logements.