Archives pour la catégorie Tourisme

Happy Monday: on a nagé gare du Nord

_____________________________________

Vendredi dernier, la circulation était interdite autour du beau plan d’eau de Tapta au boulevard Roi Albert II et les nageurs étaient les bienvenus pour la journée. Une initiative de Pool is Cool, une association qui milite de toutes les manières en faveur de trempettes en plein air dans Bruxelles.

The Northbeach a connu son succès malgré le temps, avec ses transats, son bar et ses nageurs rassemblés à ce carrefour généralement encombré. Libéré des voitures et du bruit, cet espace s’est rempli de vie, de cris et de bonheur. Dès qu’il fait beau, Bruxelles se met à rêver d’une piscine en plein air. Après le plan d’eau du Marché aux Poissons, c’est celui de la Gare du Nord qui révèle cette attente des Bruxellois.

Pascal Smet l’a évoqué à plusieurs reprises au bord du canal, sans jamais être suivi. Même la piscine sur une péniche n’a pas trouvé assez de supporters. Quelques jours de canicule pourraient peut être redonner vie à ce beau rêve ? En attendant quelques photos sur BX1 une belle petite video sur Bruzz.

photos Pool is Cool

Publicités

Happy Monday: Bonheur National Brut

______________________________________

« Le vrai peuple civilisé, c’est celui qui cultive l’empathie et la compassion pour son prochain. Jusqu’ici, le progrès n’a fait que cultiver le cerveau alors que le cerveau, seul, ne peut pas prendre de bonne décision; sur la manière de protéger la planète par exemple. Vous pouvez être tellement brillant et gagner des millions sans penser aux générations futures. C’est pour ça que le cœur doit précéder le cerveau. C’est le nouveau sens à donner à notre éducation, selon moi« .

Qui dit cela ? Deki Choden, la directrice de l’école ‘Early Learning Centre’ (ELC) à Thimphou, capitale du royaume himalayen du Bhoutan. Un pays coincé entre les géants indiens et chinois, qui a échappé à la mondialisation en n’ouvrant ses portes aux voyageurs étrangers qu’en 1974 et avec un tourisme volontairement limité par un prix prohibitif : dépense quotidienne exigée de 200 à 250 dollars par personne. « La philosophie que nous avons ici est un tourisme ‘high value and low impact’ pour protéger la nature, notre culture et nos traditions.

« On pourrait rapidement devenir un pays riche, mais le Bhoutan ne veut pas abîmer ses forêts et ses montagnes pour construire des hôtels, des tunnels, des autoroutes ». Sur un territoire un peu plus grand que la Belgique, seuls 797.000 habitants goûtent au « Bhutan way of life » et à l’unique « Gross National Happiness » le Bonheur national brut, inventé par le quatrième roi du Bhoutan, qui a créé cette philosophie pour guider le développement du pays, face au caractère « matérialiste et inéquitable » du sacro-saint Produit National Brut. Ici, la priorité c’est le bien-être du peuple. Alors, désormais, chaque loi est soupesée au regard de son impact positif sur le baromètre du bonheur national. Tout cela extrait d’un reportage passionnant de la RTBF.

 

 

Beaubourg débarque à Bruxelles

___________________________________

Citroën à peine parti, « Kanal Centre Pompidou », ouvrira déjà ses portes le samedi 5 mai pour une grande exposition de pré-ouverture. Elle contiendra plus de 300 œuvres prêtées par le Centre Pompidou, sculptures et installations. Pas de tableaux: l’hygrométrie n’est pas adéquate dans les locaux encore bruts de Citroën. Il y aura César, Tinguely, Rauschenberg, Juan Gris, Calder, Broodthaers, … et dix œuvres commandées à des artistes bruxellois.

Nous avons souvent dénoncé le manque d’ambition de Bruxelles. Là, l’argent n’a pas manqué pour acquérir les lieux, reloger Citroën, se lancer dans une (très) lourde rénovation. Et puisque le fédéral a refusé de prêter la fabuleuse collection d’art moderne qui croupit dans ses caves, un plantureux contrat de 10 ans a « dû »  être signé avec le Centre Pompidou et ses conseillers artistiques rémunérés à Paris. Certains ne sont pas loin de considérer qu’on va assister à une « colonisation française »  consensuelle, alors que « l’extraordinaire acuité du Belge et son intérêt pour l’art contemporain « est cependant reconnue à Paris.

Bernard Blistène, le patron du Musée d’Art Moderne du Centre Pompidou, sera à la manoeuvre. Il s’agit manifestement d’un grand Monsieur, avec une réflexion et une vision d’avenir. Il s’exprime dans une interview exclusive accordée au Soir« Il est plus difficile de collectionner l’art du temps présent que l’art du passé. Cela procède toujours d’une forme de pari sur le futur ». « L’un des vieux débats de Bruxelles, c’est de ne pas avoir constitué une grande collection d’art moderne et contemporain, alors que tout était là pour le faire : l’extraordinaire acuité du Belge et son intérêt pour l’art contemporain. Les plus grandes collections étaient là, les gens, même des institutions, les conservateurs ne demandaient que cela mais ils n’avaient pas les moyens. Donc l’idée de constituer les prémices d’une collection d’aujourd’hui est un des axes importants de cette exposition ». « Les œuvres sélectionnées sont celles d’artistes déjà bien repérés et qu’il était temps de pouvoir acquérir. Et puis l’opération sera renouvelée régulièrement, on verra véritablement s’établir une collection, et ça, c’est formidable  ».  « Créer un musée est un acte politique. C’est le lieu des consciences ».

Le futur projet ©D.R. Le Soir

Bruxelles accueille ses visiteurs

Les visiteurs qui débarquent ou embarquent à Bruxelles en TGV sont reçus au sec dans le hall et les salons d’accueil du Thalys ou de l’Eurostar à la gare du Midi.

Ceux qui arrivent ou quittent Bruxelles en bus économique sont accueillis en pleine rue, pas même un abribus, ni une toilette pour attendre le départ sous la pluie au Nord comme au Midi.

Une  discrimination intolérable qui perdure.
Qu’en pensent Rudi Vervoort – ministre du Tourisme – et visitbrussels en charge de la promotion de Bruxelles ?

Ces nuisances sonores qui assaillent les Bruxellois

______________________________________

C’est parce que la ville concentre de nombreuses victimes potentielles de nuisances sonores qu’elle doit être mieux protégée. 70% des Bruxellois considèrent le bruit comme une nuisance qui perturbe leur qualité de vie. Le bruit des transports reste la principale source de pollution sonore, suivie par les avions et puis le rail, mais c’est sans compter avec les chantiers, les sirènes et la ville festive. Mais non, nous n’allons pas tous aller vivre à la campagne.

L’ARAU a consacré son Ecole Urbaine à cette problématique qui ne cesse de proliférer alors que l’impact du bruit en matière de santé publique se révèle de plus en plus inquiétant et commence à être chiffré. La Région a pris des initiatives en vue d’une ville durable. Elle a ouvert un portail Info Bruit  qui permet de s’informer et d’introduire une plainte en matière de nuisances sonores. Elle a publié nouvel arrêté  » son amplifié «   qui est entré en vigueur le 21 février et elle va organiser une enquête publique à l’automne à propos d’un nouveau « Plan Bruit ».

La ville festive constitue une des composantes des nuisances sonores dans certains quartiers de la ville. La compétition entre villes, le développement des vols low cost et d’Airbnb ont aussi contribué à l’augmentation du nombre de décibels en ville. Le réseau européen « Vivre la Ville » y a consacré le congrès qu’elle vient de tenir à Bruxelles et en parle ICI. Un étudiant de l’IHECS a consacré son mémoire  aux  » Evénements dans l’espace public urbain « . Nous reviendrons prochainement sur la ville festive, sur les sirènes et sur le survol de Bruxelles qui connaissent des rebondissements.