Archives pour la catégorie Sécurité

Vers un islam de Belgique ?

______________________________

A en croire l’interview que Salah Echallaoui a accordée à La Libre, en un an l’Exécutif des musulmans de Belgique qu’il préside a multiplié les initiatives en vue du développement d’un Islam de Belgique, malgré les obstacles qu’il épingle avec précision, notamment du côté francophone.

Malgré une note de la Sûreté de l’Etat de 2015 qui mettait ainsi en cause la Grande Mosquée dont les prêches et les cours « promeuvent intrinsèquement le rejet de tous ceux qui ne sont pas salafistes », la mainmise de l’Arabie saoudite sur la grande mosquée reste entière et je relève que le fédéral ne semble pas décidé d’y mettre fin pour maintenir de cordiales relations avec le royaume saoudien, un si bon client de la Belgique et de ses fournisseurs d’armes …

Faut savoir ce que l’on veut, mettre de la cohérence entre les discours et les actes et un peu de courage politique.

 

Qui assume la responsabilité ?

_________________________

Un incident a opposé le bourgmestre de Koekelberg à la secrétaire d’Etat régionale à la Sécurité routière – sans réaction du ministre-président – à propos du contrôle de la vitesse maximale autorisée dans un tunnel Léopold II tellement délabré que l’ARAU demande sa fermeture pour des raisons de sécurité publique.

Mais là n’est pas la question, comme le souligne un éditorial de Steven Van Garsse dans Bruzz. La question est de savoir qui assumera la responsabilité en cas d’accident grave ? Celle de Bruxelles Mobilité sera incontestablement engagée, ainsi que celle du ministre-président en charge de la sécurité. Mais comment peuvent-ils l’assumer, si le bourgmestre d’une des 19 communes peut enjoindre à sa police de ne pas exécuter les décisions de la Région ?

C’est à nouveau le principe de subsidiarité et de responsabilité qui est sur la table et qui mine la gouvernance de la Région. Combien de temps faudra-t-il encore pour que la Région prenne la décision – qui est en son pouvoir –  de revoir la répartition des compétences entre communes et Région ? Tant que les municipalistes pourront cumuler mandats communaux et régionaux, le parlement bruxellois sera sans doute dans l’incapacité de trancher. Et le président du parlement et le ministre président font partie de ces municipalistes …

Des machines pour nous aider ?

_______________________________

Depuis la roue et la charrue, depuis la vapeur et l’ordinateur, il y a longtemps que la « machine » allège notre travail. Qui s’en plaindrait ? N’est-ce pas la loi du moindre effort qui nous a rendus intelligents et créatifs ?

Depuis quelque temps, la machine n’en reste plus là. L’Echo s’est livré à un petit inventaire de 10 nouvelles machines qui nous veulent du bien.  Chaque lien est cliquable et vous en dit plus.

La machine…
vous dote d’un second cerveau
surveille votre état de fatigue
voit à l’intérieur de votre corps
travaille aux côtés des ouvriers
observe votre regard
vous transporte dans un monde virtuel
détecte le dérèglement de vos organes
vous simplifie la vie
s’implante dans votre cerveau
s’inspire du corps pour l’aider

 

L’espace urbain consacré à la voiture


C’est la Swedish Road Administration qui a demandé à Karl Jilg d’illustrer l’espace que la ville consacre à la circulation et au stationnement des voitures … et ce qui reste pour les piétons. C’est le website américain VOX qui le reprend dans son article.

Alors que nous somme tous un moment donné piétons, dans la plupart des villes l’espace dédié à la voiture va jusqu’à 85%. La photo enneigée de l’article montre qu’en plus, une partie de cet espace reste souvent non utilisé.

 

 

 » Salauds de pauvres « 

______________________________

C’est le titre du documentaire réalisé à Bruxelles à la demande du Forum bruxellois de lutte contre la pauvreté. Vous pouvez visionner ICI ou en lire quelques citations. Le film donne un point de vue sur une situation qui se dégrade à Bruxelles où le nombre de personnes dans la rue ne cesse de croître. Depuis 1993 la mendicité n’est plus un délit en Belgique. Plusieurs villes ont publié des règlements limitant ce droit à la mendicité. A Bruxelles, seul Etterbeek a instauré une réglementation communale dans le même sens. Bruxelles Ville hésite entre liberté, assistance, ordre public et image de la ville. Le bourgmestre devrait bientôt se prononcer. Karine Lalieux précise cependant que la Ville agit dès qu’il y a délit.

Il faut distinguer les mendiants des musiciens de rue, des personnes sans domicile, des personnes en errance et des mendiants « professionnels » recrutés par des organisations criminelles. A Bruxelles, le bourgmestre demande de ne rien donner parce qu’il y a suffisamment de places dans les refuges pour les abriter, mais face à ceux qui ne veulent pas y aller, la contrainte n’est pas possible sans délits. Restent les bandes organisées et l’exploitation des enfants qui doivent être combattues sans hésitation.

La police se dit souvent dépendante du parquet. Celui-ci se défend dans la presse.  « La mendicité n’est pas punissable en soi mais le parquet peut intervenir en cas de faits potentiels de trafic d’êtres humains ou si des mineurs sont concernés. Inciter des mineurs à commettre des délits est punissable par la loi mais quand il s’agit uniquement de mendicité, la voie judiciaire n’est pas toujours évidente. En 2015, le tribunal correctionnel de Bruxelles a prononcé des peines de prison de 5 ans à l’encontre de quatre membres d’une famille roumaine qui obligeaient des handicapés roumains issus de familles pauvres ou séparées, et leur promettaient monts et merveilles.