Archives pour la catégorie Mobilité

Gratuité des transports en commun ?

___________________________________

Selon TV5Monde AFP,– c’est ce que l’Allemagne envisage de tester dans cinq villes en vue de réduire la pollution, sous la menace d’amendes de l’UE et alors que la justice allemande pourrait bientôt interdire les véhicules diesel dans certaines métropoles. Avec cette mesure phare parmi d’autres, Berlin espère convaincre Bruxelles de ne pas saisir la Cour européenne de justice à son encontre, comme il menace de le faire pour neuf pays au total, dont la Belgique

Les villes concernées s’inquiètent parce que la part de financement de l’Etat fédéral pour appliquer la gratuité des transports et acquérir de nouveaux véhicules, tout en embauchant du personnel supplémentaire dans les régies de transport, n’est encore nullement définie et que les constructeurs de bus et de tramways écologiques ne pourront pas livrer en un court laps de temps.

En Belgique, la ville d’Hasselt a déjà expérimenté la gratuité des transports en commun. Mais le transport public n’est jamais gratuit, il a toujours un coût, et si l’usager ne paie plus, les pouvoirs publics devront se partager l’ardoise. Beau débat en perspective entre l’Etat fédéral et la Région si une telle mesure devait être envisagée à Bruxelles aussi menacée par l’Europe.

Publicités

Non assistance à personnes en danger

_____________________________________

Une bonne nouvelle Mobilité (celle de lundi) peut en cacher une mauvaise …

La  Région est en charge de la qualité de l’air que nous sommes contraints de respirer et cette qualité est médiocre, voire dangereuse. L’Echo annonce qu’une étude poussée de l’université de Gand vient de démontrer que les particules fines et les émanations de dioxyde d’azote dues au diesel ne se contentent pas de causer des problèmes respiratoires mais ont un impact presque immédiat et parfois mortel sur les infarctus du myocarde.

L’instauration de zones de basses émissions – mises en place à Bruxelles par Céline Fremault – sont un pas dans la bonne direction, mais absolument insuffisant pour régler la situation, comme le précise l’article publié par l’Atelier de Recherche et d’Action Urbaine (ARAU).

Là, on n’en est. plus à une question de confort ou de qualité de vie, mais bien dans une situation d’intoxication mortelle qui peut condamner de nombreuses personnes. Un lecteur nous demande si la Ministre ne pourrait être poursuivie pour non assistance à personnes  en danger ?

Happy Monday: Non, pas champion des embouteillages

________________________________

Non, Bruxelles n’est pas la ville la plus embouteillée du monde, ni même d’Europe, où elle fait mieux que Anvers. Arrêtons de nous flageller, même si rester à la 101e place est toujours inadmissible pour des raisons de santé publique et d’économie.

Selon l’analyse du cabinet spécialisé Inrix – qui a examiné 38 pays et 1.360 villes – voilà le tableau des heures passées dans les embouteillages:

1. Los Angeles 102h
2. Moscou 91h
3. New York. 91h
4. Sao Polo. 86 h
5. San Francisco. 79h
6. Bogota. 76h
7. Londres. 74h
8. Atlanta 70h
9. Paris 69h

101. Bruxelles 39h


Unix
évalue le coût direct du temps passé coincé au volant par un conducteur américain à 1.445 dollars par an (essence et temps de travail gâchés), ce qui représente 300 milliards de dollars à l’échelle d’un pays comptant 211 millions de voitures. En 2010 un taxi roulait à une vitesse moyenne de 10,5 km/h à Midtown, quartier du centre de Manhattan. En 2016, elle était tombée à 7,5 km/h, à peine plus vite qu’un piéton. (Source: La Libre)

Se rapprocher de son lieu de travail

_______________________________

Un coup de pouce fi­nan­cier pour ceux qui fe­raient le choix de s’en­ra­ci­ner près de leur lieu de tra­vail, sans tou­te­fois pé­na­li­ser ceux qui, pour diverses rai­sons ne feront ja­mais le pas. C’est un des 11 projets retenus par L’Echo parmi les contributions élaborées par 11 chefs d’entreprises.

 » Les tra­vailleurs qui se rap­pro­che­raient de leur lieu de tra­vail lors­qu’ils achètent leur ha­bi­ta­tion fa­mi­liale, payeraient moins de droits d’en­re­gis­tre­ment et de pré­compte im­mo­bi­lier que ceux qui restent en périphérie « . Voilà un incitant qui pourrait convaincre ceux qui sont lassés de passer des heures au carrefour Léonard ou autres bouchons célèbres. Vous trouverez tous les détails sur cette formule inédite ICI.

Une manière aussi de tenter de ramener la classe moyenne en ville et de la faire contribuer au développement de la cité où ils gagnent leur vie. Mais ce n’est encore qu’un projet de la société civile …

Construire le futur

________________________________

Bruzz annonce que Pascal Smet et le bourgmestre d’Anderlecht ont manié la truelle de concert pour poser la première pierre du parking de 1.350 place qui sera relié à la station de métro CERIA et fait le pari de la dissuasion automobile. Son rez-de-chaussée comportera une zone très accessible offrant 270 emplacements pour vélos et 150 places équipées de bornes de chargement pour vélos électriques et voitures partagées. Présenté comme une solution d’avant-garde pour réduire la congestion automobile, il sera livré fin 2018 pour un coût de 14 millions d’Euros.

On peut se poser trois questions :

  1. Vu la superficie limitée à 19 communes de notre Région, est-ce bien sur notre territoire qu’il fallait construire aujourd’hui un parking de dissuasion principalement destiné aux navetteurs du Brabant flamand ?
  2. Vu le montant de l’investissement, il faudra bien 30 ans pour amortir cette infrastructure, mais qu’est ce qui permet de dire que ce parking sera toujours utile pour le type de mobilité que connaîtra Bruxelles en 2048 ?
  3. Vu la hauteur de plafonds réduite des étages de parking, quelle reconversion possible pour ce bâtiment lorsqu’il sera devenu obsolète ?

Tout cela a–t-il fait l’objet d’une réflexion prospective avant le lancement de ce chantier et de ceux qui vont suivre ? Toute construction de cette importance ne devrait-elle pas prévoir, dès sa conception, les réaffectations possibles ?