Archives pour la catégorie Logement

Ah non pas ça ! (suite)

______________________

Plusieurs réactions opposées à ce mastodonte sans âme et une proposition de pétition que personne n’a encore concrétisée. Comme ce projet est à l’enquête publique, il vous est possible d’agir efficacement en envoyant un message à :

<CommissionConcertation.Urbanisme@brucity.be>

Chaque réaction personnelle est comptabilisée, alors qu’une pétition n’est enregistrée que comme un seul message. Ne tardez pas à réagir parce que la limite est fixée au 15 septembre. Vous pouvez en même temps demander à être entendu(e) à la séance publique du 27 septembre.

Vous trouverez ICI la demande de permis du bureau Jaspers Eyers.

Et vous pourrez voir ICI le reportage que BX1 (ancien Télé Bruxelles) vient de consacrer aux craintes que le projet suscite.

Publicités

Ah non pas ça !


Bon – d’accord – je n’aime pas les productions architecturales du bureau  Jaspers-Eyers et ne suis donc pas objectif, mais là, je crois que je ne serai pas seul à refuser de voir ce mastodonte marquer le futur de Bruxsel. La Cité administrative était un monstre, mais un témoin d’une époque, aujourd’hui Jaspers-Eyers n’a aucune excuse pour étaler sa banalité entre le haut et le bas de la ville. Qui donc aurait envie d’aller habiter là ou même de photographier la chose ? En apprendre plus ICI.

J’ai souvenir qu’il y a eu nombre de projets audacieux pour ce site, même Arne Quinze était de la partie. Comment se fait-il que ce soit (une fois de plus) le projet « ordinateur » Jaspers- Eyers qui l’emporte ? Sans doute s’est-il appliqué à rencontrer tous les critères techniques émis pour ce projet et comme il n’est pas possible d’exiger qu’il soit beau (faute de pouvoir définir ce terme)  c’est donc bien lui qui construira ce morceau de ville censé rétablir une liaison harmonieuse entre la rue Royale et Pacheco et s’inscrire dans la skyline de la ville.

Je n’ai trouvé que Bruzz pour dénoncer l’art du compromis, le respect des délais … et le carnet d’adresses qui font le succès de Jaspers-Eyers qui a marqué la ville mais n’a pas produit d’architecture de qualité. Qu’en dit le bouwmeester ?  Est-il trop tard pour empêcher la construction de ce monstre qui va compter 433 appartements, une école primaire de 465 places, une crèche pour 72 enfants et 13 commerces ? Je n’en sais rien. Qui peut nous informer ?

Mixité des quartiers

_______________________

La brève  » Voulons-nous des quartiers mixtes ? «  a suscité plusieurs réactions sur le blog et à mon adresse mail. C’est heureux, parce que j’y livre un point de vue personnel et que ne prétends pas apporter de solution pour résoudre cette situation que je déplore et dont je redoute la prolifération.

Henri Goldman n’est pas très d’accord avec mon billet et il y consacre un article que je vous invite à découvrir sur le site de la revue Politique.

Voulons-nous des quartiers mixtes ?

Voulons-nous des quartiers mixtes et donc des écoles mixtes ? Ou voulons-nous rester entre nous ? La question se pose autant à Uccle qui refuse la création de logements sociaux qu’à Molenbeek qui refuse l’arrivée d’établissements et d’habitants « bourgeois ».

Les tags photographiés par Bruzz en disent long, même si le vocabulaire utilisé n’est pas nécessairement caractéristique des jeunes locaux. Si « Sales bourges dégagez ! » est tagué sur Le Phare du Kanaal, un atelier de coworking qui attire un public plus friqué et scolarisé que les habitants du vieux Molenbeek, la phrase « Nike la gentrification, dégagez. » est taguée sur le restaurant Bel’O de l’Atelier Groot Eiland qui travaille depuis des années avec un public en mal de job.

Le refus de la mixité et le maintien de l’entre soi est une menace considérable pour l’avenir d’une ville déjà très duale qui pourrait maintenir, et même développer, des ghettos de riches et des ghettos de pauvres. Je ne peux cacher que cela m’attriste beaucoup et que je me sens assez impuissant devant cette incitation à l’ostracisme de la part des intellos autant que des prolos, des blancs autant que des basanés.

 

 

 

Naissance d’un morceau de ville

Un lecteur du blog nous transmet la photo qu’il a prise de la friche qui s’étend le long du canal à hauteur de la Porte de Ninove enfin débarrassée du car wash et des entrepôts délaissés qui mitaient ce sinistre noman’s land.

Il nous demande ce qu’il adviendra de cet espace urbain en mutation.

Beliris présente ICI différentes esquisses réalisées pour le projet actuellement en cours de réalisation. Il comprend à la fois un nouveau tracé pour le tram et les autres usagers, un grand parc et du logement. Vous trouverez ICI les visions des habitants, des chiffres et des étapes. L’ARAU s’est aussi exprimé et a regroupé une série de commentaires critiques.