Archives pour la catégorie Langues

Un pont entre générations et communautés

_____________________________

Au dernier « Top 100 » des chansons des auditeurs de Bruzz, on trouve Toots Thielemans avec son  « Bluesette » en 3è place, Jacques Brel en seconde place bien évidemment avec « Bruxelles » et c’est Stromae qui caracole en tête avec pas moins de 5 titres retenus dont « Formidable » qui récolte massivement le plus de voix.

Sasha Van der Speeten décrit notre Paul Van Haever comme un « constructeur de ponts entre générations » et on pourrait même ajouter un « constructeur de ponts entre communautés ». Bruxelles lui doit beaucoup et il reste sans doute le meilleur ambassadeur de Bruxelles de par le monde.

Une occasion de relater que Stromae a confié à Libération « perdre la boule » après en avoir trop fait avec 210 concerts en deux ans et  suite à la décompensation psychique qui a suivi sa réaction à la prise d’un antipaludique. Voilà pour notre exceptionnelle page People plus complète ICI.

Publicités

L’évolution de nos langues ?

_____________________________

Bruxelles compte plusieurs langues ou dialectes servant de moyen de communication entre des populations de langues maternelles différentes. Si le français reste la langue véhiculaire principale, l’anglais marque des points et le néerlandais semble faire du sur place. Dans certains quartiers les dialectes « brusseleir »  et « vloms » se maintiennent et cultivent leur différence.

A part Montréal, Bruxelles pourrait bien être la seule grande ville internationale à ne pas avoir l’anglais pour lingua franca. Les Bruxellois utilisent principalement le français pour communiquer entre eux sans pour autant renier leurs différences culturelles. Même si elle n’est pas (encore) officielle, la langue anglaise se profile de plus en plus à Bruxelles comme une seconde langue devançant parfois le néerlandais.

Le français est devenu pluriel. Celui de Bruxelles est à usage local et comporte de nombreuses expressions propres parfois savoureuses … et puis aussi quelques erreurs de langage bien incrustées. La chasse aux belgicismes est aujourd’hui révolue et les Bruxellois ont raison de préférer l’aubette à l’abribus pour attendre le tram et la drache pour évoquer une très forte pluie.

Vous trouverez ICI une quarantaine d’expressions que nous n’avons aucune raison de renier, tout en n’ignorant pas qu’elles ne seront pas nécessairement comprises en dehors de notre microcosme. Et vous lirez ICI une réflexion plus large sur le parler français de Belgique.

Une nouvelle école musulmane

____________________________

La plupart des familles musulmanes de Bruxelles ont longtemps fait confiance à notre enseignement public – voire catholique – pour l’éducation de leurs enfants. Depuis l’interdiction du port du foulard dans un nombre croissant d’établissements, des écoles musulmanes – légitimement subventionnées en vertu de « la liberté du père de famille » – ont commencé à voir le jour à Bruxelles.

Une quatrième école fondamentale musulmane s’ouvrira en septembre. A Forest, l’école La Sagesse / El Hikma mérite l’attention pour son ouverture aux non musulmans, pour ses classes d’immersion FR/NL et pour sa pédagogie alternative.

Je pense qu’il faut cependant regretter l’intrusion de toute religion dans notre enseignement subventionné, qui pourrait se limiter à programmer un cours de philosophie et d’histoire des religions pour tous. L’adhésion aux  valeurs et aux dogmes d’une religion particulière relevant plutôt de la sphère privée ou familiale.

Vers une grande université européenne ?

_________________________

La question des regroupements de pôles universitaires se pose avec acuité à Bruxelles où l’Université Saint-Louis parle de fusion avec l’UCL et Pierre Gurdjian, président de l’Université libre de Bruxelles (ULB), estime dans La Libre qu’une fusion de l’ULB avec la Vrij Universiteit Brussel (VUB) est une « vision stratégique assez logique qui nous ferait sauter environ 100 places dans les rankings internationaux. C’est le contexte institutionnel qui rend les partenariats vraiment difficiles. »

Faut-il aller vers des regroupements idéologiques ou géographiques ?
Les regroupements envisagés sont-ils une fin en soi ou une étape vers des regroupements d’une dimension bien plus importante ?

D’aucuns rêvent d’une grande Brussels European University qui regrouperait toutes les institutions universitaires et grandes écoles spécialisées du territoire bruxellois en une entité multilingue.

D’autres voient encore plus grand et proposaient déjà en 2011 la création d’une Brussels European Metropolitan University (BEMU) qui engloberait aussi la KUL, l’UCL dans un triangle bien connecté comptant près de 80.000 étudiants. Une entité qui pourrait rapidement figurer parmi les cinq premières universités en Europe et les quinze premières dans le monde.

Accueillir les nouveaux Bruxellois

_________________________________

Bruxelles attire beaucoup de nouveaux habitants. Selon leur situation, on les appelle expats, migrants, allochtones, réfugiés, sans papiers, … Dès lors que leur statut est régularisé, il nous revient de les accueillir et de les aider à s’intégrer dans la société bruxelloise, en faire des citoyens bruxellois à part entière. Force est de constater que notre Région ne s’y est pas attelé rapidement.

Permettre aux nouveaux venus de trouver une place dans la ville devrait commencer par l’apprentissage de la langue, par la transmission d’informations pratiques et réglementaires, par la découverte de nos us et coutumes (Do or Do not) et plus globalement leurs droits et devoirs. Bruxelles n’a pas voulu imposer ces moyens d’accéder à une vraie citoyenneté et s’y met avec hésitations, alors qu’elle a pu constater que c’est parmi les personnes mal intégrées – qui n’ont rien à perdre – que se recrutent la majorité des délinquants et criminels.

Comment font la Flandre et la Wallonie par rapport à Bruxelles ?
C’est à ces comparaisons que sera consacré un après-midi d’étude organisé par Philippe Van Parijs et Paul De Grauwe pour Re-Bel. Cela se passe à la Fondation universitaire le 15 juin de 14 à 18h. C’est gratuit, mais il faut s’inscrire au plus tard demain …