Archives pour la catégorie Justice

Un pavé dans la mare fiscale

_____________________________

Extraits de l’interview – reprise par Express – donnée à De Zontag par l’économiste d’Itinera, Ivan Van de Cloot, qui s’affirme résolument comme un homme de droite qui appelle un chat un chat.

Sur l’impôt sur le revenu : Quand j’ai commencé, il fallait remplir 20 rubriques, maintenant il y a 885 codes. Je ne peux plus suivre et remplir ma déclaration de revenus moi-même. Et comment en sommes-nous arrivés à accumuler toutes ces rubriques ? Parce que les différents groupes d’intérêt  ont obtenu des déductions pour leurs partisans.

Sur le revenu cadastral imposable : Il est déterminé en fonction d’estimations datant des années septante. Je peux déchaîner une révolution si je le veux. Je peux prouver que Paul paye cinq fois plus que Jean, alors que leurs maisons ont la même valeur marchande. Si demain, je joins les vrais noms, une révolution s’ensuivra. Vous ne pouvez pas perpétuellement traiter les gens de façon inégale. 

Sur la dette du pays (105,8 % du PIB fin2016) : Nous  sommes extrêmement vulnérables en raison de notre dette publique imposante. Cela pourrait se jouer d’un jour à l’autre. […] Il faut faire quelque chose ou la dette souveraine explosera. Tous les parents devraient être profondément indignés. C’est une épée de Damoclès pour nos enfants et petits-enfants.

La justice au chevet des Bruxellois

________________________________

Hier matin, j’étais au palais de justice. La juge essayait manifestement de comprendre pourquoi l’Etat, Brussels Airport et la Flandre s’opposaient à la demande de Bruxelles qui exigeait le respect des normes de bruit de la Région (déclarées légales par les plus hautes instances du pays), qui demandait aussi que les avions arrêtent de traverser la ville de part en part par la route dite « du canal «  et qu’ils suivent la procédure de nuit européenne jusqu’à 07h (et non 06h).

Une action en cessation introduite par la ministre bruxelloise l’Environnement (défendue par Me Tulkens) et par l’association Bruxelles Air Libre Brussel qui s’est jointe à l’action avec deux communes bruxelloises toutes défendues par Me Jans. Une série d’autres communes bruxelloises ont rejoint l’action, mais ont préféré  choisir d’autres avocats …

Des montagnes de dossiers, quelques experts et plus de 20 avocats dans le prétoire. Cela faisait un peu désordre et même si Me Sambon et Hauseur ont apporté d’intéressantes contributions, un certain gaspillage de temps et d’argent que de voir tant d’avocats vouloir arriver à la barre et tenter d’exister. A Anvers ou à Liège on aurait eu droit à un seul avocat pour défendre les intérêts de tous les citoyens. Résultat: des plaidoiries qui vont durer jusque vendredi et un jugement prévu pour début juillet …

Dernière minute: suite aux conclusions de la concertation fédéral/régions, les associations de défense des Bruxellois survolés ont des mots très durs pour demander au gouvernement bruxellois de rester ferme et pour pousser les Bruxellois à agir pour éviter tout laxisme quant aux infractions constatées à ses normes de bruit.

Femmes en mouvement


In New York City, a ‘Fearless Girl’ statue now stands in front of Wall Street’s charging bull statue.(Shannon Stapleton/Reuters)

Flâner librement en ville, un privilège masculin ?  Si pour les hommes cela va de soi ce n’est pas nécessairement le cas pour les femmes. Rappelez-vous le reportage de Sophie Peeters à Anneessens ou celui de Sophie Calle qui a suivi le trajet d’hommes à Paris, puis à Venise. Aujourd’hui c’est Lauren Elkin qui publie  » Flâneuse « , un essai en anglais qui met à jour l’histoire culturelle d’une figure depuis longtemps négligée, celle de la femme battant librement le pavé et que commente Citylab.

L’ouvrage n’est pas (encore?) traduit mais fait déjà parler de lui dans les grandes villes.  La vie des idées y consacre une analyse.  » La flâneuse devient un être visible et engagé qui porte l’utopie d’un espace sans entrave, le rêve d’une ville devenue lieu commun, neutre et neutralisé en termes de genre (ungendered). En ce sens, l’essai recoupe certaines problématiques désormais abordées par des chercheurs en urbanisme et géographie, en sociologie et anthropologie. Il montre que, pour une femme, marcher dans la rue reste un acte subversif et même politique.

 » La flânerie urbaine se voit ainsi liée à l’émancipation, mais aussi à la révolte (parfois la révolution) et à la contestation. Femmes en mouvement, délibérément inassignables, les flâneuses revendiquent leur « droit à déranger, à observer (ou ne pas observer), à occuper (ou ne pas occuper) et à organiser (ou désorganiser) l’espace selon leurs propres termes ». Et c’est à Tokyo que l’errance urbaine se fait pleinement rebelle et réprimandable, là où être-femme signifie être-enfermée. « 

Le futur de la vile n’est-il pas aussi un territoire accueillant et accessible à toutes et tous ?

L’Etat n’est pas le gardien d’une morale, ni le protecteur d’une religion

_________________________________

Dans une carte blanche publiée dans Le Vif, des militants des droits humains originaires de la région berbère du Rif alignent une série de revendications vis à vis du pouvoir marocain. Elles ont toute leur importance, vu qu’à Bruxelles la majorité des quelques 200.000 citoyens d’origine marocaine sont des berbères originaires du Rif (1), certains ne seront sans doute pas insensibles à cette démarche.

Extraits:
 » Nous ne considérons pas l’Etat comme étant le gardien d’une morale et comme le protecteur d’une confession au-dessus des autres. Nous lui préférons une laïcité politique qui garantisse une équidistance avec les convictions et proscrit toute instrumentalisation du religieux à des fins politiques. La présence diasporique rifaine en Belgique, non négligeable par son poids démographique, est elle-même la résultante d’une politique marocaine délétère régulièrement prise en défaut de respect des droits humains. Des pas importants ont été pris par le Maroc depuis l’adoption de la nouvelle Constitution de 2011 et qu’une certaine volonté de protéger et promouvoir les droits de l’homme existe. Cependant, ces avancées restent parfois au stade de la théorie car dans la pratique, les organisations des droits humains s’accordent le plus souvent à dire qu’il y a pléthore de violations. »

La presse a déjà publié plusieurs articles à propos des jeunes Bruxellois d’origine marocaine qui constituent un groupe démographique nombreux et important pour le futur de la ville, en voici une synthèse et encore deux articles.

———–
(1) Wkipedia: La Région de Bruxelles-Capitale (45% des Marocains résidant en Belgique) compte le plus de Marocains en Belgique ainsi qu’en Europe, suivis d’Anvers (22,7%), de Liège (8,8%) et de Charleroi (5,2%)38. Une grande majorité des Marocains en Belgique sont originaires du Nord du Maroc (Al HoceimaNadorTangerTétouan et Oujda)

 » Payez moins vos dirigeants et plus d’impôts « 

____________________________

Non, ce n’est pas le PTB qui assène cela aux entreprises, mais Theresa May – Première ministre conservatrice du Royaume Uni, – au Forum Economique Mondial de Davos.

 » Les entreprises devraient moins payer leurs dirigeants et contribuer davantage à la société en payant des impôts. Si elles ne le font pas, elles seront pour partie responsables des succès du populisme ».

Une confirmation de choix à la brève d’hier à lire ICI