Archives pour la catégorie Identité

Un Grand Monsieur nous revient

__________________________

Après 15 ans à la tête de La Monnaie et 12 ans consacrés à la direction du Festival d’Aix-en-Provence, Bernard Foccroulle annonce son retour à Bruxelles pour se consacrer à la composition et à la pratique de l’art de l’orgue, mais aussi pour y assumer un rôle culturel et politique actif.

Avec toute l’autorité morale et intellectuelle qui est la sienne, il compte s’investir pour que l’Europe soit davantage présente dans la ville et  » pour valoriser la richesse de toutes les cultures et des liens qui existent entre nous et forment une certaine identité européenne « .

Un extrait de l’interview de la RTBF vous en dira plus sur ses projets pour faire de Bruxelles la capitale vivante de l’Europe et un accès au texte complet qui livre aussi un regard sur son goût des découvertes et son ambition de rapprocher l’opéra des gens qui n’y vont jamais.

__________

 » On ne peut pas lire assez dans le tissu Bruxellois que cette ville est capitale européenne. Et l’Union Européenne n’a pas fait le choix qui s’imposait à mes yeux de s’ancrer à Bruxelles et de montrer à Bruxelles, dans sa capitale, la diversité des cultures, la richesse de toutes ces cultures, les liens qui peuvent exister entre nous, et quelque part, au-delà de la diversité, une certaine identité européenne. Je trouve ça très dommage. » (Bernard Foccroulle)

Vers un islam de Belgique ?

______________________________

A en croire l’interview que Salah Echallaoui a accordée à La Libre, en un an l’Exécutif des musulmans de Belgique qu’il préside a multiplié les initiatives en vue du développement d’un Islam de Belgique, malgré les obstacles qu’il épingle avec précision, notamment du côté francophone.

Malgré une note de la Sûreté de l’Etat de 2015 qui mettait ainsi en cause la Grande Mosquée dont les prêches et les cours « promeuvent intrinsèquement le rejet de tous ceux qui ne sont pas salafistes », la mainmise de l’Arabie saoudite sur la grande mosquée reste entière et je relève que le fédéral ne semble pas décidé d’y mettre fin pour maintenir de cordiales relations avec le royaume saoudien, un si bon client de la Belgique et de ses fournisseurs d’armes …

Faut savoir ce que l’on veut, mettre de la cohérence entre les discours et les actes et un peu de courage politique.

 

Entre carabistouilles et flauwskes

 

En attendant que les sections bruxelloises des partis francophones arrivent à définir quel type d’alliance elles vont constituer pour poursuivre la gestion de la Région, je vous propose la découverte d’aspects méconnus de notre ville.

Avez-vous déjà rencontré Madame Chapeau ?  Pourquoi appelle-t-on les chiens bâtards des zinnekes ? Connaissez-vous l’origine de l’histoire du Cracheur ? des Trois Pucelles ? de la Veillée des Dames ? de la rue d’Une Personne ? du Schieven Architek ?

Une promenade à pied de deux heures avec l’association Bus Bavard vous apportera des réponses qui pourraient vous étonner. Beaucoup d’autres visites thématiques insolites figurent aussi ICI sur leur calendrier 2017.

L’architecte Lionel Jadot, vous connaissez ?

__________________________

Plus connu à Londres, Genève et Bombay que chez nous, son travail d’architecte d’intérieur et de créateur a été mis en valeur au Grand Hornu en 2016.

Ce self made man natif de Bruxelles – dont nous pouvons être fiers – va à contre-courant du design épuré et convenu de la plupart des créateurs contemporains. Il nous ouvre la porte vers un autre futur. Outre des appartements privés, Bruxelles lui doit les chambres de l’iconique hôtel JAM de la chaussée de Charleroi et plus récemment les projets de Cohabs présentés hier.

Ses décors magistraux apparaissent souvent comme une alternative baroque au minimalisme ambiant, non sans modernité puisque le  » recyclage  » est au cœur de nombreuses de ses créations.

Les photos de sa page Facebook vous en diront plus sur sa manière d’aborder le « slowdesign », de recycler des objets récupérés et de concevoir et créer de ses mains des univers aussi improbables qu’imprévisibles.


 

 

Revendications flamandes

_____________________________

Une fête nationale flamande sans une série de griefs vis à vis de Bruxelles, c’est comme des moules sans frites, comme dit Paul Magnette. Je n’en ferai pas ici la longue liste du cru 2017, ne reprendrai ni les réactions d’Els Ampe (Open VLD), ni celle Jan Peumans (N.VA).

Certains griefs sont justifiés. Par exemple l’absence d’une police régionale ou les compétences et frontières communales bloquées par nombre de Bruxellois francophones. D’autres relèvent des fantasmes de la Flandre qui ne craindrait pas d’instaurer l’apartheid des Bruxellois sommés de choisir la Flandre ou la Fédération Wallonie-Bruxelles pour tout ce qui concerne les « matières personnalisables ». Geert Bourgrois (N.VA) reproche aux écoles francophones bruxelloises de ne pas former de bons bilingues, alors que la Flandre ne fait rien pour favoriser un échange efficace entre professeurs des deux Communautés, afin que chaque enfant bénéficie de native speakers qui puissent partager leur culture et la faire aimer.

Ce n’est en aucun cas aux Flandriens ou aux Wallons à nous dire comment notre Région doit fonctionner. Il revient aux Bruxellois néerlandophones, francophones et allophones de gérer démocratiquement la Région où ils ont fait choix de vivre. Une nouvelle réforme de l’Etat s’impose d’ailleurs pour que Bruxelles dispose d’un statut de Région à part entière.

By the way, difficile de ne pas s’offusquer de voir l’affiche reprise par BRUZZ d’une fête du 11 juillet bruxelloise qui regroupe les grandes pointures de la N.VA et du Vlaams Belang de Bruxelles et de Flandre.

 

 

http://www.bruzz.be/nl/actua/gezien-vlaams-belang-en-n-va-vieren-samen-11-juli