Archives pour la catégorie Finances

Dernière minute: une bombe à retardement

_____________________________________

Jamais deux billets le même jour … mais L’Echo fait ICI une révélation insupportable.

Electrabel, doit constituer des provisions nécessaires pour financer l’enfouissement de ses déchets nucléaires. La facture a été revue à la hausse. Elle  atteindrait au moins les 8 milliards d’euros. Elle va être « allégée » par un effet de calendrier. L’Ondraf  (organisme chargé de la gestion des déchets nucléaires) a décidé de  postposer de 20 ans à 30 ans le planning d’enfouissement de ces déchets.

 C’est évidemment reporter sur la nouvelle génération le coût (et les risques) de l’électricité que nous avons consommé, sans savoir si l’argent sera disponible à cette date. Jean-Paul Minon – ancien directeur de l’Ondraf – a déclaré en son temps à l’Echo « Si vous ne savez pas où vous allez enterrer vos morts, vous ne connaissez pas non plus le prix des funérailles »  Retarder de plusieurs décennies le processus augmente non seulement le risque de ne pas disposer des provisions nécessaires le moment venu, mais cela prolonge aussi l’entreposage temporaire de ces déchets, et donc les risques physiques liés à ces matériaux radioactifs.

Nous, qui nous préoccupons du futur de Bruxelles, pouvons-nous accepter le report de la gestion des déchets radioactifs d‘Electrabel sur les Bruxellois qui viennent de naître ou d’arriver ?

Laboratoire souterrain de l’Agence française pour la gestion des déchets nucléaires à Bure (Meuse). (Photo : AFP)

Publicités

Les shopping malls appartiennent-ils au passé ?

__________________________________

Bruxelles veut encore y croire. Les projets immobiliers des mega shopping malls à venir nous sont vendus comme des lieux privilégiés pour « vivre des expériences » et non plus comme des temples de la consommation. C’est ainsi que la Ville veut nous convaincre de l’utilité  au Heysel des 72.0000 m2 de surfaces commerciales de NEO, rebaptisé Mall of Europe (2 x plus grand que City 2).  La demande de permis introduite pour le centre de congrès et l’hôtel de NEO 2, montre que la Ville et la Région ne pourront financer que la moitié des 300 millions nécessaires pour leur construction, le reste doit venir des charges à payer par … le shopping de NEO 1.

Les opposants à ce mega shopping avancent la question de la mobilité autour du nouveau mall proche d’un ring déjà largement saturé. Ils pointent aussi une concurrence accrue qui pourrait être fatale au commerce indépendant du centre-ville, pourtant nécessaire à sa vitalité.

Vous pouvez en savoir plus en lisant le dossier d’IEB et l’action en justice du BRAL.
Vous pouvez agir en signant une pétition.
Vous pouvez aussi agir en faisant faire part de votre position par mail à la <Commissionconcertation.Urbanisme@brucity.be> et même demander à être entendu.
L’indifférence des Bruxellois serait tout bénéfice pour NEO 1 et 2.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.change.org/p/mr-close-bourgmestre-de-la-ville-de-bruxelles-et-mr-coomans-de-brach%C3%A8ne-echevin-de-l-urbanisme-prot%C3%A9geons-les-parcs-de-laeken-et-la-qualit%C3%A9-de-vie-sur-le-plateau-du-heysel

 

Le diesel nous divise ?

________________________________________________

Je m’attendais à des commentaires divergents, suite à la publication du billet à propos des méfaits du diesel. Je comprends la réaction des automobilistes qui –  en toute bonne foi – ont acheté un véhicule diesel, suite aux incitants mis en place par le gouvernent fédéral, et qui se verront progressivement empêchés de l’utiliser en ville. C’est absolument injuste. Ne serait-il pas normal que le fédéral compense le préjudice dont il porte la responsabilité ?

Ceci étant dit, et avec ce que nous savons aujourd’hui de la nocivité de ce carburant, est-il admissible qu’il faille encore attendre de nombreuses années avant de le voir banni de la ville ?  Avec l’amiante aussi, des personnes ont continué à mourir pendant les tergiversations multiples de gouvernements, pourtant en. charge de la santé publique.

Non, les opposants à la poursuite de l’usage du diesel ne se limitent pas aux  » bien pensants, aux bobos ou aux fondamentalistes verts «  qui se sont exprimés. Nous sommes tous contraints de respirer un air trop pollué et sommes aussi contraints de l’imposer aux jeunes enfants qui protestent  devant les écoles. Non assistance à personne en danger. Le ministre du budget Guy Vanhengel vient de recevoir le rapport des experts, que La Libre a pu consulter ICI et qui pourrait mener à des taxes de circulation annuelles et de mise en circulation, six fois plus élevées pour le diesel que pour l’essence à Bruxelles.

Des économies sur le dos des seniors ?

________________________________

Maggie De Block et l’INAMI entendent « rationaliser » le secteur de l’assistance aux personnes âgées dont le nombre ne cesse de croître à Bruxelles. Le remboursement « à l’acte » préconisé est incompatible avec le type d’assistance personnalisé offert par le monde associatif bruxellois. Le maintien à domicile de nombreux seniors est mis en question.

Sans budget assuré au-delà de juin, l’asbl Dionysos, a déjà dû donner leur préavis aux membres de l’équipe. Faute de subsides adaptés, l’équipe multidisciplinaire est en voie de démantèlement. C’est une énorme expérience accumulée au service des plus fragiles parmi nos aînés qui va disparaître. Les responsables politiques bruxellois s’en sont émus au cours d’un débat de fond très intéressant au parlement, à lire ICI en page 7.

Si vous pensez qu’un accompagnement personnalisé des personnes âgées est une priorité pour notre Région, vous pouvez agir en lisant cet  appel au secours de l’équipe Dionysos et en signant – en 3 minutes – la pétition que les membres de Dionysos ont rédigée.

Bruxellois, riches européens

______________________________

Vous aurez lu dans la presse ce communiqué Belga – sans commentaire – basé sur la dernière étude d’Eurostat : « Les Bruxellois parmi les plus riches habitants de l’Union européenne ». Pourquoi ne faut-il pas croire que tous les Bruxellois sont riches, ni même qu’ils le sont en moyenne ?

La « richesse » des Bruxellois est calculée en divisant le Produit Intérieur Brut (PIB) – qui intègre toute la production et les revenus générés à Bruxelles, y compris ceux des 340.000 navetteurs – par le nombre d’habitants de Bruxelles, limitée aux19 communes qui constituent la Région.

Pas étonnant dès lors qu’on obtienne un montant très élevé, qui n’est en aucun cas le reflet du pouvoir d’achat du Bruxellois moyen. Donc pas utile.