Archives pour la catégorie Finances

Une gestion financière efficace

_______________________

De qui s’agit-il ? de la Région de Bruxellles ! C’est l’agence de notation Standard&Poor’s (S&P) qui a salué, dans son rapport de juillet 2017, la gestion financière « très efficace » de la Région bruxelloise. Et c’est Guy Vanhengel qui l’annonce avec une satisfaction non dissimulée dans un communiqué Belga.

Il faut évidemment se réjouir de ce bon bulletin pour l’avenir de Bruxelles. Il va permettre de maintenir les investissements d’envergure prévus de 2017 à 2019 et de limiter l’accumulation de la dette.

Suite à cette gestion en bon père de famille de notre ministre du Budget, il reste à voir comment cet argent disponible va être utilisé dans l’intérêt général des Bruxellois, à commencer par la très mauvaise qualité de l’air que nous respirons et qui pourrait nous faire condamner à de lourdes amendes – absolument justifiées – de la part de l’Europe.

Publicités

Voiture de société: une alternative en 2018

_________________

Le kern a (enfin) validé, la mise en place – en 2018 – d’une allocation de mobilité qui pourra remplacer la voiture de société octroyée à certains employés et cadres. Il s’agit d’une somme d’argent dont le statut fiscal et social est similaire à celui d’un véhicule de société.

Si l’employé le désire, et pour autant que son employeur ait mis en place le système, il pourra remplacer sa voiture de société par du cash. Le montant de l’allocation sera calculé en fonction du prix catalogue du véhicule. Pour les détenteurs d’une carte carburant, cette allocation de mobilité sera augmentée de 20 % dixit L’Echo.

Le gouvernement y met plusieurs conditions restrictives pour que l’opération soit budgétairement neutre, par contre l’allocation sera versée à l’employé sans exigence particulière. Une occasion ratée de favoriser les déplacements en commun ou un rapprochement entre lieu de travail et domicile. Dommage.

Le goût perdu de la démocratie ?

___________________________

Lors des prochaines élections, si le vote n’était pas obligatoire, le plus grand parti bruxellois pourrait bien être (comme en France) le parti des abstentionnistes, de ceux qui ne croient plus en la démocratie.

Mayeur au PS, De Decker au MR, Milquet au cdH, … ont pris avantage de leur statut pour leur intérêt personnel. Tous pourris ? Bien sûr que non, et cela doit être éprouvant pour ceux qui se consacrent entièrement à l’exercice de leur mandat sans rechercher ni cumuls ni prébendes (1). Le lien entre partis et citoyens est rompu et à Bruxelles – avec des partis inféodés à l’échelon communautaire – il ne sera pas simple de regagner la confiance du citoyen.

Les partis traditionnels ont-ils bien compris qu’un ravalement de façade ne suffira pas ? Qu’il va falloir rompre avec les (mauvaises) habitudes prises entre professionnels de la politique, va falloir oser tourner la page. C’est une occasion inédite de créer des partis et des listes bilingues à Bruxelles. D’affirmer des valeurs et de les concrétiser. De donner sa chance à une nouvelle génération. De mettre fin aux cumuls. D’en finir avec le clientélisme. De réduire le nombre de mandataires. De doter la Région d’une autorité et de pouvoirs cohérents. De recentrer les communes sur ce qui relève de la proximité.

Un tsunami ? Oui.
Mais sans cela, c’est un autre tsunami qui éclatera: celui du poujadisme, du « dégagisme », de l’abstentionnisme … avec les tenants non élus de la finance en embuscade.

_____________

(1) tout revenu découlant d’une charge ou fonction déjà rémunérée de façon forfaitaire.

Un exode qui profite à la Flandre

______________________________

Le nombre de déménagements de familles avec revenus de la Région bruxelloise vers la Flandre a été de 20.094 en 2016 contre 18.499 en 2015 (+8,6%). Ce chiffre est le plus élevé enregistré depuis 2009. Par contre, les déménagements de Flandre vers les deux autres Régions ont été moins nombreux qu’en 2015. Extrait d’un article de la DH basé sur une info Het Nieuwsblad / Belga.

« Selon Pieter Decelle, de la Confédération flamande des métiers de l’immobilier, l’augmentation des déménagements du Sud vers le Nord est lié à une hausse du nombre d’emplois occupés par des Wallons (et des Bruxellois ndlr) en Flandre, mais peut également s’expliquer par des droits d’enregistrement plus favorables. »

S’il faut se réjouir de voir Wallons et Bruxellois se rapprocher de leur lieu de travail et diminuer ainsi le nombre des navettes, il faut cependant regretter que ce n’est pas (encore?) le cas des Flandriens qui travaillent à Bruxelles sans vouloir y habiter. ils ne contribuent donc en rien au budget de fonctionnement de la Région qui leur procure leur travail.

___________

Actualité: J’attends les conclusions de la commission d’enquête pour vous faire part de mes réactions sur ce qu’il faut cependant déjà appeler le « scandale du Samusocial » qui a permis a des administrateurs de s’enrichir – légalement ou non – à partir de subventions et de dons destinés à venir en aide aux personnes sans abris.

Un pavé dans la mare fiscale

_____________________________

Extraits de l’interview – reprise par Express – donnée à De Zontag par l’économiste d’Itinera, Ivan Van de Cloot, qui s’affirme résolument comme un homme de droite qui appelle un chat un chat.

Sur l’impôt sur le revenu : Quand j’ai commencé, il fallait remplir 20 rubriques, maintenant il y a 885 codes. Je ne peux plus suivre et remplir ma déclaration de revenus moi-même. Et comment en sommes-nous arrivés à accumuler toutes ces rubriques ? Parce que les différents groupes d’intérêt  ont obtenu des déductions pour leurs partisans.

Sur le revenu cadastral imposable : Il est déterminé en fonction d’estimations datant des années septante. Je peux déchaîner une révolution si je le veux. Je peux prouver que Paul paye cinq fois plus que Jean, alors que leurs maisons ont la même valeur marchande. Si demain, je joins les vrais noms, une révolution s’ensuivra. Vous ne pouvez pas perpétuellement traiter les gens de façon inégale. 

Sur la dette du pays (105,8 % du PIB fin2016) : Nous  sommes extrêmement vulnérables en raison de notre dette publique imposante. Cela pourrait se jouer d’un jour à l’autre. […] Il faut faire quelque chose ou la dette souveraine explosera. Tous les parents devraient être profondément indignés. C’est une épée de Damoclès pour nos enfants et petits-enfants.