Archives pour la catégorie Europe

La leçon catalane

in L’Echo

Des extraits de l’éditorial « Le droit et l’adhésion » de Fréderic Rohart dans L’Echo éclairent une situation inédite, qui n’est pas sans intérêt pour la Belgique fédérale. « Madrid est dans son droit, Barcelone est dans son tort. L’État de droit est inaliénable. L’Europe, qui ne connaît que des Etats, ne peut (et ne veut) défendre les Catalans. L’Union fragilisée, ne peut se permettre le démantèlement anarchique de ses États-nations. Elle cherche la convergence et n’a rien à céder aux régions les plus riches, poussées par avarice à s’affranchir de l’indispensable solidarité nationale. »

Pourtant, l’Europe doit défendre la démocratie. L’adhésion des régions passe par le dialogue. Madrid et Barcelone ne comprennent pas cela. Et l’Europe risquerait gros à laisser l’Espagne et la Catalogne continuer de maintenir le couvercle de la casserole fermé et de voir si l’autre éteindra le feu qui couve. Demander à des millions de Catalans de respecter un cadre qu’ils n’acceptent plus, sans dialogue pour le faire évoluer, c’est leur demander d’accepter un lien de vassalité. »

Pour Bruxelles aussi, l’aventure catalane est pleine d’enseignements, pas seulement pour la Flandre, l’Ecosse et autres nations séparatistes. Un surcroît d’autonomie sera sans doute demandé par la Flandre dans le cadre d’une 7è réforme de l’Etat qu’elle souhaite, mais que certains partis francophones refusent. A Bruxelles, des voix se font entendre pour cette nouvelle réforme qui dresserait les contours d’une Belgique basée sur 4 Régions autonomes et solidaires, dans laquelle Bruxelles serait une Ville-Région à part entière, débarrassée de la tutelle bicommunautaire et d’institutions superfétatoires.

Publicités

Politique de l’air attaquée en justice

________________________________

Cinq parents inquiets pour la santé de leurs enfants, ont décidé de porter leur action en justice pour contraindre la Région bruxelloise à adopter des mesures plus contraignantes, plus efficaces et plus rapides. Client-Earth, une organisation internationale spécialisée dans le droit de l’environnement, les représente dans cette affaire. Le procès a lieu ce jeudi au tribunal de première instance néerlandophone de Bruxelles. Jugement mi-janvier.

La zone de basses émissions qui entre en vigueur le 1er janvier 2018 est un « pas dans la bonne direction, mais c’est trop peu et trop tard », estime leur avocat Ugo Taddei. D’ici un an, seuls 9 % des véhicules seront interdits de circulation dans la capitale. Client-Earth demande au tribunal d’obliger la Région bruxelloise de développer et mettre en place un plan de la qualité de l’air avec des mesures concrètes et pas seulement des déclarations politiques.

Bruzz met aussi en évidence les interpellations qui ont lieu à ce sujet au parlement bruxellois. Elles peuvent aussi se résumer par « Trop peu et trop tard ».
Vous trouverez ICI les articles de La Libre et Bruzz à ce sujet.

Un conglomérat de métis

_______________________________

Suite aux courants régionalistes et sécessionnistes qui se développent en Europe, il est peut-être nécessaire de rappeler qu’une démocratie mature doit fonder sa légitimité sur l’adhésion des entités qui la composent. Nous sommes loin de l’obligation et de la contrainte. Cette adhésion se mérite et se négocie.

En 1912, Jules Destrée, adressait au roi Albert 1er une lettre intitulée Séparation de la Wallonie et de la Flandre. Elle débute par cette phrase célèbre: « Sire, vous régnez sur deux peuples. Il y a, en Belgique, des Wallons et des Flamands, il n’y a pas de Belges ».
Mais ce n’est pas tout, les « Wallons et les Flamands de Bruxelles » vont en prendre pour leur compte:  » Une seconde espèce de belges s’est formée dans le pays, et principalement à Bruxelles. Mais elle est vraiment peu intéressante. Elle semble avoir additionné les défauts des deux races, en perdant leurs qualités. Elle a pour moyen d’expression un jargon innommable dont les familles Beulemans et kakebroek ont popularisé la drôlerie imprévue … Cette population de la capitale, dont quelques échantillons épars existent en province, n’est point un peuple; c’est un conglomérat de métis. « 

Essai. Les États-nations et les identités nationales perdent de leur importance par rapport aux nouvelles entités régionales, supranationales et mondiales. Bruxelles semble s’inscrire dans ce courant en optant pour la tendance postnationaliste. Les habitants de Bruxelles ne se considèrent pas comme une nation, mais plutôt comme un peuple composé de personnes d’origines diverses qui vivent en société sur un territoire déterminé et construisent progressivement leur propre « civilisation ».

Le rêve impossible des Catalans et des Flamands 

_________________________

C’est ce qu’écrit ICI De Standaard traduit par Daardaar. Le Monde  souligne la position délicate des nationalistes flamands. Les éditorialistes de De Tijd et Het Laatste Nieuws dénoncent le silence européen au sujet des évènements « de politique intérieure » de ce dimanche en Espagne. Ils apprécient le commentaire du Premier ministre belge. Charles Michel a été le seul chef de gouvernement européen à condamner les scènes de violence (ndlr: poussé par son partenaire N.VA)  dans un appel au dialogue politique (repris par Le Vif et Le Soir).

En quoi cela concerne-t-il un blog centré sur le futur de Bruxelles alors que j’ai tellement de news bruxelloises en réserve à vous transmettre ?

C’est que le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes a été mis en évidence lors des prémisses de la décolonisation. Ensuite, des Québécois et en Europe des Ecossais, des Basques, des Catalans,  … et des Flamands se sont engouffrés dans la brèche pour réclamer leur indépendance. L’Europe des régions pointe du nez. Fort bien, mais pas question d’une Belgique à deux avec une capitale cogérée par la Flandre et la Wallonie.  » Bruxelles Ville-Etat «  comme Berlin, Vienne ou Hambourg – sera notre exigence.

Merci à Pierre Kroll dans Le Soir

Les médias font le jeu de Daesh

____________________________

Daesh – l’Etat islamique – perd du terrain tous les jours, mais gagne en audience. Les petits et grands attentats qu’il revendique accroissent son pouvoir, la peur qu’il inspire et la haine de l’autre qu’il développe et attise. Impossible bien évidemment de ne pas parler de ce qui s’est passé à Barcelone dans les médias, mais une simple information factuelle, sans photos ni témoignages divers n’eut elle pas été suffisante ? Pourquoi en première page ? Pourquoi plusieurs articles ? Pourquoi y revenir tous les jours pour nous révéler si on a, ou non, retrouvé le conducteur agresseur ?

A qui profite ce matraquage ?
– aux médias qui vendent du papier ou gagnent de l’audience
– à la pulsion voyeuriste de certains lecteurs et spectateurs.
– … et surtout à Daesh, qui se réjouit de la couverture mondiale acquise avec une simple camionnette. On est loin de la technologie complexe et coûteuse du 11septembre

Les médias ne pourraient-ils s’entendre pour traiter une telle agression comme un triste fait divers ? Il y a bien plus de14 morts chaque jour sur les routes d’Europe. Les chefs d’Etat et de gouvernement ne pourraient-ils s’abstenir de faire parler d’eux en répétant en boucle les mêmes condoléances de circonstance à chaque attentat visant l’occident ?
Il en va de l’évolution de l’image de Daesh et de la fascination que cette organisation exerce sur les jeunes désoeuvrés et frustrés de Bruxelles et des banlieues de l’Europe.