Archives pour la catégorie Energie

Qui doit agir pour le climat ?

_______________________________

On l’a peut-être trop répété, mais nous sommes sur le fil du rasoir en matière d’émissions de gaz à effet de serre. Pour tenir nos engagements, il faut que nos rejets diminuent de 5 % par an et nous n’en sommes qu’à 0,7 % !

Les pouvoirs publics doivent encourager les économies d’énergie et décourager le gaspillage. Ils doivent utiliser davantage l’instrument fiscal – par exemple une taxe carbone – pour rendre les comportements nuisibles plus coûteux et arrêter de subventionner les énergies fossiles (les produits jetables, le kérosène des avions, les voitures de société…). A l’inverse, ils peuvent donner un coup de pouce aux actes vertueux (primes, déductibilités à l’achat de produits « verts », à la rénovation énergétique, TVA réduite pour la réparation, etc.).

Sans le culpabiliser, le citoyen doit aussi apporter sa pierre à l’œuvre collective. La manière dont nous consommons, nous logeons, nous déplaçons, nous mangeons, a un impact considérable sur notre « empreinte carbone ». C’est indolore, ce n’est pas compliqué, c’est rentable, cela n’impacte en rien la qualité de vie ni le confort. 

Premier poste d’émissions de gaz à effet de serre en Belgique, la voiture : 22,6 % des émissions en 2015 (14,1 % en 1990). Ces émissions ont augmenté de 28,2 % depuis 1990. Il faut bannir la voiture seul mais aussi l’avion pour des distances courtes, et les petits trajets pourquoi pas à pied, à vélo ou en trottinette… C’est Demain la Terre qui affirme tout cela et plus dans Le Soir. Si vous vous sentez concernés vous pouvez lire la suite ICI.

Publicités

La carte de la qualité de l’air


Ici, vous avez la carte de la concentration en  » black carbon «  dans le pentagone.

Si vous voulez en savoir plus sur la situation de votre quartier, il vous suffit de cliquer ICI pour découvrir le travail coopératif de l’agence régionale Bruxelles Environnement (IBGE) en collaboration avec 276 volontaires.

Ensuite, vous pouvez appuyer plusieurs fois sur le + (en bas à droite de la carte) pour retrouver votre lieu de vie ou de travail. Plus c’est orange ou rouge, plus c’est pollué. La légende détaillée figure en haut à droite de la carte.

Empruntez un vélo électrique

___________________________

Sans permis, ni casque, vous allez pouvoir faire usage d’un vélo électrique pour vos déplacements occasionnels à Bruxelles. Billy Bike est une jeune compagnie bruxelloise qui relève le défi que Villo n’a toujours pas relevé. La phase expérimentale vient de débuter.

Dans un premier temps,, ces vélos électriques peuvent être empruntés et déposés dans le périmètre rue de la Loi / boulevard Général Jacques / avenue Louise / place Poelaert pour circuler dans tout Bruxelles. Il devrait y en avoir 500 en 2018 et 1.500 en 2019. Le prix est de 15 cent la minute avec un max. de 5€ de l’heure.

Bruzz en dit plus et si vous voulez tester ces vélos électriques partagés, suffit de vous inscrire sur la version bêta de l’application ICI.

Cité végétale

Depuis près de 40 ans, Luc Schuiten propose une alternative à la dégradation de l’environnement et à l’architecture banalement mondiale. Il dévoile ses visions utopiques d’une architecture futuriste basée sur d’autres choix de vie avec des villes construites uniquement de matériaux vivants.

A quoi pourrait ressembler la ville de demain ?
Luc a rassemblé de nombreux dessins illustrant des cités végétales, l’évolution d’un quartier de Bruxelles durant quatre siècles, l’évolution des villes de Nantes, Lyon, Strasbourg, Shanghaï ainsi que ses recherches sur de nouveaux modes de déplacement utilisant exclusivement les énergies renouvelables.

Dans le cadre de sa saison Nature Culture, Point Culture Bruxelles consacre une exposition  l’univers de l’archiborescence. C’est au 145 rue Royale (entrée côté bd Botanique) du  30 mars au 29 avril, du mardi au samedi, et de 11h à 18h30 et c’est gratuit. Vernissage le 30 mars à 18h.

Embouteillages: Bruxelles n’est pas champion d’Eurpoe

_______________________________

Non, Bruxelles n’est pas la ville la plus embouteillée d’Europe où elle n’occupe « que » la 8ème place et la 37è dans le monde. En Belgique, la capitale est en tête des bouchons, mais talonnée de près par l’autre grande ville: Anvers. Voir la carte des villes les plus embouteillées de Belgique.

Tom Tom – auteur de l’enquête – cité par Le Soirne se prononce pas sur les solutions si ce n’est en proposant un usage raisonné de l’automobile. Et à Bruxelles, il n’y a pas que les navetteurs pour envahir les rues de la ville, il y a aussi les Bruxellois. Un grand nombre de déplacements s’effectuent sur moins de 5 km, sur moins de 3 km et même sur moins d’1 km. Les conducteurs ont  passé une moyenne de 41 heures dans les embouteillages, ou 12 % de leur temps de conduite total. Le discours moralisateur n’y changera pas grand chose tant qu’il n’y aura pas davantage d’alternatives et de changement d’habitudes.

D’autres sources donnent d’autres chiffres et pointent aussi l’augmentation de 30% des cyclistes aux carrefours à l’heure de pointe. C’est encourageant et la mise en place accélérée des vraies pistes cyclables devrait renforcer la tendance ainsi que la montée en puissance du vélo électrique, destiné à un nouveau public moins sportif. Reste aussi le télétravail qui ne se développe que lentement à Bruxelles.

carte-embouteillages

Données cartographiques ©2017 GeoBasis-DE/BKG (©2009), Google