Archives pour la catégorie Commerce

Les shopping malls appartiennent-ils au passé ?

__________________________________

Bruxelles veut encore y croire. Les projets immobiliers des mega shopping malls à venir nous sont vendus comme des lieux privilégiés pour « vivre des expériences » et non plus comme des temples de la consommation. C’est ainsi que la Ville veut nous convaincre de l’utilité  au Heysel des 72.0000 m2 de surfaces commerciales de NEO, rebaptisé Mall of Europe (2 x plus grand que City 2).  La demande de permis introduite pour le centre de congrès et l’hôtel de NEO 2, montre que la Ville et la Région ne pourront financer que la moitié des 300 millions nécessaires pour leur construction, le reste doit venir des charges à payer par … le shopping de NEO 1.

Les opposants à ce mega shopping avancent la question de la mobilité autour du nouveau mall proche d’un ring déjà largement saturé. Ils pointent aussi une concurrence accrue qui pourrait être fatale au commerce indépendant du centre-ville, pourtant nécessaire à sa vitalité.

Vous pouvez en savoir plus en lisant le dossier d’IEB et l’action en justice du BRAL.
Vous pouvez agir en signant une pétition.
Vous pouvez aussi agir en faisant faire part de votre position par mail à la <Commissionconcertation.Urbanisme@brucity.be> et même demander à être entendu.
L’indifférence des Bruxellois serait tout bénéfice pour NEO 1 et 2.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.change.org/p/mr-close-bourgmestre-de-la-ville-de-bruxelles-et-mr-coomans-de-brach%C3%A8ne-echevin-de-l-urbanisme-prot%C3%A9geons-les-parcs-de-laeken-et-la-qualit%C3%A9-de-vie-sur-le-plateau-du-heysel

 

Publicités

Un ministre de l’agriculture ?

_______________________________

Cela m’a toujours fait sourire de constater qu’à la Région de Bruxelles, Céline Fremault est aussi  » Ministre de l’Agriculture « . Pour la poignée de vaches qui broutent encore face au Basilix Shopping ou dans les dernières praires de Woluwe à Hof Ter Musschen ?

Happy Friday ?  Aujourd’hui, l’agriculture urbaine n’est plus une plaisanterie.
La Libre titre: « L’agriculture (urbaine) n’est plus une utopie de bobos ». On y  rappelle le travail de pionniers de la ferme Nos Pilifs, on y apprend que les potagers collectifs sont de plus en plus nombreux et qu’on commence à compter de véritables entreprises agricoles, généralement installées sur les toits plats de grandes surfaces, comme au Foodmet à l’abattoir ou à Ixelles au Delhaize de Boondael. Du producteur directement au consommateur.

L’Europe commence à subventionner la Région, qui était même présente à la foire agricole de Libramont de cette année, c’est dire. Si l’on considère aussi l’aspect ville durable, tous ces toits verts ralentissent le débit de l’évacuation des eaux de pluie, contribuent à lutter contre les températures excessives en ville et dans les bâtiments, en été comme en hiver … et ils permettent aux enfants de découvrir que les carottes ne poussent pas dans les barquettes sous blister des grandes surfaces. Yes Happy Friday !

Des chiffres extraits de La Libre

  • 250 hectares de terres agricoles sont déclarées à l’Europe
  • Une vingtaine de PME, associations, start-up se consacrent à l’agricuture urbaine
  • 260 sites potagers collectifs sont répartis sur 90 hectares, dont 2,7 sur des espaces verts publics bruxellois

Un geste architectural et écologique

_______________________

Un immeuble de bureau gris, qui a mal vieilli, va connaître une cure de jeunesse, face à la place Rogier à côté de City2. Pas de démolition, ni de gravats inutiles, la structure sera maintenue, mais sera modernisée, habillée d’un nouveau costume et recouverte d’un toit de 800 m2 en panneaux solaires transparents, qui abritera un jardin de ville suspendu qui fournira 30% de l’électricité nécessaire au bâtiment. Les architectes promettent une vue surprenante sur la ville. C’est Bruzz qui l’annonce.

Le bureau d’architecture Ney & Partners en SunsoakDesign est le concepteur du projet Bota Solar qui a séduit les propriétaires, qui procéderont aussi à la rénovation de la surface commerciale stratégique, à cheval sur la rue Neuve et le boulevard du Jardin Botanique. Tout devrait être prêt en 2019.

A la vitesse où les immeubles deviennent obsolètes, ne serait-il pas indispensable que – dès la conception – tout nouvel immeuble de grand gabarit intègre la possibilité d’être aisément reconverti en vue d’autres fonctions ? Moins de gaspillage de matières premières, moins de gravats à enfouir et moins de charroi à travers la ville. Si vous n’êtes pas convaincus, allez assister à la spectaculaire démolition du Parking 58 près de la place De Brouckère.

 

 

La revitalisation de la ville

_____________________________________

Peu après sa naissance, la Région s’est lancée dans un vaste projet de revitalisation de ses quartiers anciens, en visant à la fois leur réhabilitation physique, leur dynamisation sociale et économique. Avec la collaboration de l’Etat fédéral (Beliris) et des communes, elle a créé les « Contrats de quartier » aujourd’hui appelés  » Contrats de quartier durables «  dotés de budgets considérables de l’ordre de 25 millions par contrat et censés donner forme à la ville.

A l’occasion des 25 ans d’existence ce programme – qui compte plus de 20 contrats principalement situés sur Bruxelles Ville  – le Centre international pour la Ville, l’Architecture et le Paysage (Fondation CIVA) s’est lancé dans un travail de recherche et de réflexion autour de la politique des contrats de quartiers bruxellois. Ce travail se concrétise par une exposition qui se tient au CIVA jusqu’au 15 avril et qu’il sera intéressant de découvrir, malgré le nom peu engageant de « Operational Aesthetic », suivant une habitude nouvelle et discutable qui privilégie l’anglais pour ne pas devoir utiliser le français et le néerlandais.

En faisant des communes les maîtres d’œuvre de ces projets de revitalisation, certains estiment que la Région a largement perdu la maîtrise des opérations et les communes se sont parfois avérées peu équipées pour les piloter. De multiples changements d’échevins, des fonctionnaires peu habitués à gérer ce genre d’opération et des bureaux d’étude pas toujours au fait de la situation ont été cause d’importants retards, de pertes de budgets et de communication pas toujours aisée avec la population « bénéficiaire » parfois victime d’excès de gentrification. Pas sûr que l’exposition aborde cet aspect des choses. On en reparlera.

 

Good news

____________________________________

Je ne vais pas attendre lundi pour vous communiquer une première bonne nouvelle: les aides publiques aux indépendants et PME qui lancent ou étendent une activité à Bruxelles ne pourront plus servir à acheter des véhicules polluants.

La RTBF annonce que c’est à l’initiative de Jef Van Damme (SP.A), que les parlementaires bruxellois ont voté cette résolution à une large majorité. La norme Euro 6 sera le minimum et à terme il leur faudra atteindre l’écoscore le plus ambitieux.

C’est la moindre des choses avec de l’argent public,  mais le message est passé au gouvernement en plein salon de l’auto, que le roi a cru de son devoir d’inaugurer …