Bien rémunérer nos élus 

______________________

Il faut oser écrire cela par les temps qui courent.
Oui, il faut que les mandataires se consacrent à temps plein à la tâche pour laquelle ils ont sollicité nos voix. Non, ils ne peuvent donc la cumuler avec d’autres mandats, même gratuits. Non, ils ne peuvent pas se présenter plus de 2 fois pour un même mandat. Oui, ils doivent déclarer leurs autres sources de revenus.

Cela étant dit, il faut leur offrir un salaire généreux et une indemnité de sortie, si nous voulons attirer des personnes de qualité pour se consacrer un temps à la chose publique mais ne pas en faire un métier. Diminuer leur salaire à la hâte est démagogique et contre-productif. Je ne partage pas le point de vue émis par François Gemen dans Le Soir (1).

Le Premier ministre de Singapour avait un salaire plus important que le président des États Unis. Il n’a jamais pris le risque de le perdre pour un quelconque bakchich. Cela fait de Singapour est un des États les moins corrompus du mode.

——–
 (1) Le mode de rémunération des mandataires politiques devrait pouvoir être revu », propose François Gemenne. « On pourrait imaginer que leur ancien employeur continue à leur verser leur salaire pendant qu’ils exercent leur mandat politique. Que l’éducation nationale paie le salaire d’un enseignant élu. Ce qui éviterait à certains de s’enrichir. Les députés ne percevraient donc pas tous le même salaire. »
François Gemen: chercheur et enseignant à l’Université de Liège et à Sciences Po Paris. Il est l’invité du Grand Oral RTBF-Le Soir.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Bien rémunérer nos élus  »

  1. Michel Van Roye

    Salut, cher Yvan,
    Il faudrait aussi une formation un peu poussée à la « chose » publique. Actuellement, il existe l’E.R.A.P. destinée aux fonctionnaires. Une formation des élus serait utile.

    Répondre
  2. Philippe DELSTANCHE

    Je suis totalement d’accord avec toi Yvan sur la rémunération des élus et le décumul total ainsi que la limitation du nombre de mandats dans le temps.
    J’ajouterais qu’il devrait être obligatoire de siéger là où on a été élu. C’est se moquer de ses électeurs que d’être par exemple élu au parlement fédéral et devenir ministre régional. Si on est élu au niveau régional et on y travaille comme parlementaire régional ou ministre régional. Il est intolérable de jouer aux chaises musicales politiques.
    Il doit également être interdit de distribuer des « lots de consolation » aux candidats malheureux en les nommant administrateurs de « machins » souvent peu efficaces et si il n’y a plus assez de places pour recaser tous les déçus, il est souvent tentant d’en créer de nouveaux tout aussi dispendieux et inutiles !

    Répondre

Laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s