Prendre le populisme au sérieux

______________________________

A Bruxelles nous sommes encore à l’abri du populisme, mais pour combien de temps ?
A la veille des scrutins aux Pays-Bas et puis en France il est sans doute temps de s’interroger.

« Quand on se borne à taxer d’irrationalité les électeurs populistes, on ignore les intérêts profonds qui les habitent. Ne pas les prendre au sérieux, c’est courir le risque que des solutions antidémocratiques soient un jour prises pour résoudre les problèmes qu’ils dénoncent. » dit Paul Scheffer, un des meilleurs connaisseurs de la politique aux Pays-Bas et actuellement professeur d’études européennes à l’université de Tilburg.

Dans une interview au Soir, qui mérite d’être lue, il analyse quelques failles du modèle multiculturel néerlandais. Elles expliquent la place qu’a prise  par le populisme aux Pays-Bas. D’abord avec Pim Fortuyn, assassiné en 2002. Puis avec Geert Wilders et ses diatribes anti-islam.

Publicités

Laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s