Ce WE, Bruxelles s’illumine

Ce soir et dimanche soir, Bruxelles s’illumine depuis le canal et Citroën jusqu’à Sainte- Catherine. Onze œuvres lumineuses ayant voyagé dans le monde entier, ou créées spécialement pour l’occasion, vont transformer la ville pour deux nuits. Après une première expérience menée en 2013, le  » Bright festival   » fêtera sa seconde édition jusqu’à dimanche 23h. Un petit aperçu sur la vidéo du Soir (après une inévitable petite pub)

Publicités

Qui sont les personnes étrangères vivant à Bruxelles ?

__________________________________

Et bien non, ce ne sont pas les Marocains en première position. Ils ont dû céder cette place au Français (15,2%) et la deuxième aux Roumains (9,3%). Les Marocains se retrouvent à la troisième place (9%). Parmi eux, un grand nombre n’apparaissent cependant pas dans les chiffres de l’Institut Bruxellois de Statistique et d’Analyse (IBSA) parce qu’ils ont obtenu la nationalité belge. La dépêche La Libre/Belga en dit plus.

La Ville-Région abrite 179 nationalités différentes. L’an dernier, 414.139 personnes vivant à Bruxelles avaient une nationalité étrangère. Parmi elles, 66% provenaient d’un pays européen (275.167 personnes). Hors UE, on retrouve principalement des Marocains (9%), des Congolais (2,1%), des Turcs (2,1%) et par ailleurs un groupe important de personnes ayant une autre nationalité non-européenne (20,3%).

Le tableau publié en annexe de l’article montre aussi la situation de l’emploi à Bruxelles:
– 363.656 Bruxellois travaillent à Bruxelles. 49.139 travaillent en Flandre, 21.905 en Wallonie et 5.005 à l’étranger.
– 220.446 Flandriens viennent travailler à Bruxelles chaque jour
– 124.810 Wallons viennent travailler à Bruxelles chaque jour
A en croire ces chiffres, sur les 708.912 emplois bruxellois, 363.656 sont occupés par des Bruxellois et 345.256 par des navetteurs venus des deux autres Régions.

Bruxelles Ville: Un Etat dans l’Etat ?

_________________________________

Pour Alain Maskens d’Aula Magna c’est OUI. Dans un entretien miroir avec Alain Courtois dans La Libre, il épingle les annexions successives qui ont permis la constitution de la pieuvre bruxelloise qui s’étend du bois de La Cambre à Neder-Over-Heembek en passant par Laeken, Haren et les squares.  Où est encore la proximité avec le citoyen ?

 » Il faut ramener la Ville de Bruxelles dans son pentagone. Mais c’est un tabou parce que la majorité au Parlement bruxellois est constituée de municipalistes – bourgmestres et échevins – qui tiennent à leurs traditions et pouvoirs locaux. Pourtant, le XXIe siècle, c’est passer à la gestion cohérente et forte d’une ville capitale de l’Europe, multiculturelle et durable. Prenons exemple sur Paris ou le Grand Londres. Nos décideurs auront-ils le courage de prendre ces décisions d’intérêt général ? « .

Si vous voulez mieux connaître le dessous des cartes et les manières de faire sauter ce verrou, je peux vous annoncer en avant-première une prochaine rencontre publique à Bozar à propos de la question  » En finir avec la Ville de Bruxelles ? «  suivie d’un débat. Ce sera le 27 mars à 19h30. On en reparlera lorsque les documents et l’inscription seront disponibles.

7ème réforme de l’Etat en vue

___________________________________

Je sais que vous n’êtes pas très friands de questions institutionnelles, mais aucune simplification radicale des institutions kafkaïennes de la Région bruxelloise n’est possible sans une réforme de l’Etat. Celle-ci exige une majorité des deux tiers et lorsqu’il s’agit plus particulièrement de la loi à majorité spéciale, elle demande, en plus, une majorité simple à la fois dans le groupe des parlementaires francophones et dans celui des parlementaires néerlandophones. Plusieurs partis francophones estiment que ce serait ouvrir la boîte de Pandore et risquer de voir la N.VA obtenir des avancées vers le confédéralisme. Il y avait donc jusqu’ici un tabou sur ce sujet.

Un article de Doorbraak – journal d’opinion flamand en ligne – (traduit ICI par Daardaar), rappelle « qu’une proposition de loi spéciale a été déposée le 23 janvier à la Chambre et signée par pratiquement tous les partis, N-VA et PS compris ». Dès lors, la majorité des deux tiers requise au sein de chaque groupe linguistique serait également acquise sans peine. Il ne s’agit toutefois que d’un transfert de compétence, au singulier qui concerne la compétence des Régions en matière d’élections locales. Mais la porte est ouverte.

 » Tous les partis sont enclins à se débarrasser des anomalies gênantes présentes au sein de la structure de l’État. Les partis francophones sont également demandeurs. C’est dire. Ils sont en effet favorables à ce que les Régions soient pleinement compétentes en matière d’élections locales, sans exceptions obscures. » Et peut-être donc aussi compétentes pour permettre le vote des étrangers lors des élections régionales si elles le désirent ? Pourquoi un tel transfert de compétences relèverait-il encore du tabou ?

Gratuité des transports en commun ?

___________________________________

Selon TV5Monde AFP,– c’est ce que l’Allemagne envisage de tester dans cinq villes en vue de réduire la pollution, sous la menace d’amendes de l’UE et alors que la justice allemande pourrait bientôt interdire les véhicules diesel dans certaines métropoles. Avec cette mesure phare parmi d’autres, Berlin espère convaincre Bruxelles de ne pas saisir la Cour européenne de justice à son encontre, comme il menace de le faire pour neuf pays au total, dont la Belgique

Les villes concernées s’inquiètent parce que la part de financement de l’Etat fédéral pour appliquer la gratuité des transports et acquérir de nouveaux véhicules, tout en embauchant du personnel supplémentaire dans les régies de transport, n’est encore nullement définie et que les constructeurs de bus et de tramways écologiques ne pourront pas livrer en un court laps de temps.

En Belgique, la ville d’Hasselt a déjà expérimenté la gratuité des transports en commun. Mais le transport public n’est jamais gratuit, il a toujours un coût, et si l’usager ne paie plus, les pouvoirs publics devront se partager l’ardoise. Beau débat en perspective entre l’Etat fédéral et la Région si une telle mesure devait être envisagée à Bruxelles aussi menacée par l’Europe.